Pour bien chiner, il faut avoir le bon matériel. Les 10 accessoires du parfait chineur pour bien chiner en brocante.

bien chiner en brocantes
bien chiner en brocantes

1/ un bon réveil et une bonne dose de café. Bien chiner c’est chiner tôt selon l’adage premier arrivé, premier servi. Adage qui ne se vérifie pas toujours, il est possible de chiner des très bons en fin de matinée.

Soit que les vendeurs aient déballé en retard après le passage des brocanteurs pro et collectionneurs.  Ou qu’ils aient rechargé leur stand après leurs premières ventes.

Soit que les vendeurs aient baissé leurs prétentions en terme de prix.

Bref tout est toujours possible.

2/ une bonne application ou un bon site internet pour avoir les adresses des brocantes. Je suis plutôt fidèle à videgrenier mais je consulte aussi brocabrac qui est de plus en plus complet. Je consulte la veille pour faire mon itinéraire, et le matin pour m’assurer qu’il n’y a pas d’annulations.

3/ un bon GPS. Je ne parviens plus à conduire sans.

4/ la tenue appropriée. Je suis une adepte de la veste militaire qui me permet de chiner sans sac à main grâce à ses nombreuses poches. Ou au sac banane. Ici: des sacs banane

bien chiner en brocantes
bien chiner en brocantes

J’opte pour des vêtements qui ne craignent rien. Les objets de brocantes sortis du grenier  sont souvent très poussiéreux, il ne faut pas craindre de se salir. Alors certes cette veste n’est pas imperméable, mais les vide greniers étant souvent annulés en cas de pluie, je ne me déplace pas très loin dans ces cas et je la porte sous un autre parka. On peut parfois faire de bonnes trouvailles par temps de pluie mais les conditions de chine ne sont pas très agréables, le nombre de stands beaucoup plus limité.

5/un mètre. Et un carnet où je note les mesures dont je dois me souvenir. Si vous cherchez une étagère ayant des dimensions précises, il peut être utile de le marquer. Les tailles sur les vêtements vintages sont purement indicatives, elles ont changé, les vêtements très lavés comme les jeans se rétractent. Il est utile de pouvoir les mesures à la taille pour les pantalon ou la carrure pour les hauts. Un petit miroir de poche est très utile pour se voir quand on essaye quelques chose. Ou se faire un selfie.😊

6/ des piles. Pour tester le fonctionnement. Après c’est kifkif. Vous achetez sans tester: vous pouvez négocier le prix. Mais si ça ne marche part….

7/ une lingette humide. Pour éviter de crachoter sur un truc pour voir si c’est nettoyable. Même problème de négociation que pour les piles. Si c’est à nettoyer sans certitude de résultat, ça doit coûter moins cher.

Après avoir faire une trouvaille, il faut payer:

8/ de la monnaie. Je sépare pièces et billets. C’est utile d’avoir les 2, ça évite de perdre du temps. J’ai aussi ma carte bancaire au cas où ainsi qu’un chèque (genre si je trouve un super truc). Les vendeurs préfèrent généralement être payés en espèces avec de la monnaie. Je suis déjà partie en brocante en oubliant mon porte monnaie, et ai chiné avec quelques euros en poche, c’est ici: chiner avec 5 euros

9/ les sacs en tissu pour porter les objets chinés. Je pars avec une douzaine de sacs. En tissu ils calent bien les objets. J’emporte aussi de vieux torchons et ou des journaux. J’ai toujours dans la voiture un plaid au cas où j’achète un meuble pour le caler. Indispensable si vous chinez du meuble: un tourne vis ou autres clés pour pouvoir démonter le meuble et le charger.

10/ une bonne dose de persévérance, de passion des objets et de chance 😊 Si vous n’avez pas tout ça, vous pouvez aussi me rendre visite sur ma brocante en ligne 😊

A bientôt pour un nouvel article vintage, il sera annoncé sur facebook  😊